Passer de PC à Mac : ma transformation numérique à moi, épisode 3 !

Partager cet article

Troisième épisode de ma transformation numérique à moi et de mon passage au Mac. Après les difficultés du précédent épisode, il est temps d'apprivoiser la bête.

Les règles de la transformation

En me lançant dans ma transformation je me suis fixé quelques règles implicites que j'aimerais vous faire partager.

Règle 1 : pas de retour arrière

Je ne suis pas en train d'expérimenter le passage de PC à Mac. Je le fais vraiment. Je ne reviendrai pas sur PC si je ne suis pas satisfait. Ça change beaucoup de choses dans mon état d'esprit et dans mes actions, je me mets en danger et je n'ai pas le choix. Il FAUT que je trouve des solutions pour éviter de vivre avec les problèmes que j'ai découverts. C'est cette angoisse qui me fait avancer aussi.

Règle 2 : pas de Windows sur Mac

Dans l'absolu, je pourrais résoudre mes problèmes en installant une machine virtuelle Windows sur mon Mac. Je pourrais ainsi utiliser sur Mac les outils dont j'avais l'habitude sur PC. Je retrouverais comme cela les fonctionnalités Outlook 2016 qui me manquent tant. Mais évidemment ça n'aurait aucun sens pour mon expérience et surtout ça ajouterait une contrainte supplémentaire (la machine virtuelle à démarrer) pour faire la même chose que ce que je faisais avant. Il faut aussi savoir abandonner le passé.

Règle 3 : des fonctionnalités en plus

Je ne vais pas changer de solution pour avoir moins qu'avant. Sinon pourquoi changer ? Dans mes recherches je veillerai à chaque fois à ce que les outils que je choisirai soient plus efficaces ou plus riches que ceux que j'utilisais jusqu'à présent. C'est à ce prix uniquement que ma transformation sera réussie.

Il y a des logiciels sur Mac !

Armé de ces règles, me voici donc lancé dans le changement de mes outils.

Et évidemment le premier outil à changer est ma gestion des tâches. C'est même la première tâche à faire (!) tant cela impacte mon quotidien. A dire vrai, je n'ai pas de mal à trouver des solutions, il en existe une quantité impressionnante sur Internet et sur le Store. Après quelques essais, mon choix se porte sur todoist. Comme beaucoup, il s'agit d'un outil cloud, il est donc accessible sur de nombreux supports (web, mobile, Windows et Mac). Son intégration au Mac est très bien faite. Il se place sur le dock et indique le nombre de tâches à faire dans la journée. Il est également présent sur la barre en haut où il est facile en 1 clic / 1 raccourci de créer une nouvelle tâche. Amusant : il vous félicite lorsque vous avez terminé toutes vos tâches et évalue votre nombre de "points de Karma" qui vous emmène vers le zen et la tranquillité.

Todoist

L'outil est en freemium. La version payante permet d'intégrer des notes ou fichiers dans les tâches, d'avoir un archivage et des statistiques plus poussées sur son activité. Je n'en ai pas le besoin mais à 30€ par an, ça reste un investissement intéressant. J'adopte assez rapidement todoist. Son gros avantage par rapport à la gestion des tâches Outlook est le multi-plateformes. Cela lui permet d'être très présent dans votre environnement : sur le bureau Mac, sous forme de notification sur le téléphone et il vous envoie même un mail récapitulatif en début de journée. Et son côté un peu ludique avec les félicitations et les points de karma est agréable. Évidemment la migration de Outlook vers todoist est "manuelle": il faut reporter ses tâches dans l'outil mais cela ne pose pas de problème (une quinzaine de tâches à reporter dans mon cas). Amusant : il existe un plugin permettant d'intégrer todoist dans Outlook mais… sur PC uniquement :-)

Autre point sensible pour moi : la gestion de mes flux RSS et de la veille technologique que je pratique. Là non plus les outils ne manquent pas sur le web. Mais je souhaite vraiment un outil qui me permette de traiter les flux à mon rythme tout en étant lui aussi suffisamment présent dans mon environnement pour m'inciter facilement à m'informer. C'était l'avantage de recevoir les news dans Outlook. Après quelques essais j'opte pour l'outil feedly. C'est encore un outil cloud et il est lui aussi multi-plateformes notamment parce qu'il dispose d'une API ouverte. Il n'y a donc pas un seul device où vous ne pourrez pas le trouver : il est même disponible sur Blackberry, webOS et Firefox OS !

feedly

Comme c'est le cas pour ce genre d'outil, son interface propose d'organiser ses flux par thème et affiche une vue synthétique qui permet de parcourir les news de manière agréable. On peut cliquer dessus pour avoir le détail, ce qui ouvre la news dans une nouvelle fenêtre et affiche le contenu total s'il est présent dans le flux (ce qui est de moins en moins le cas pour des raisons publicitaires). Mais il permet aussi d'ouvrir le navigateur pour voir le contenu sur le site. On peut marquer les articles comme lus au fur et à mesure, ils disparaissent alors du flux, ou les enregistrer pour les lire plus tard.
L'intégration sur Mac est intelligente puisqu'une fois de plus l'application s'affiche dans le dock avec le nombre d'articles à lire.

Mails, ToDo et Flux : tout ce qu'il y a à traiter est ici

Comme le montre la capture d'écran ci-dessus, je me retrouve ainsi sur mon bureau avec un vrai tableau de bord de mes choses à traiter : mails, todo et flux. Très efficace.
Avantage par rapport à Outlook, je peux facilement faire ma veille en mobilité, l'application Android étant tout à fait fonctionnelle. Autre bonus : feedly étant un outil cloud, il suggère de nouveaux contenus en rapport avec ceux que vous consultez en se basant sur cela sur les autres utilisateurs de l'outil. C'est souvent pertinent.
La migration depuis Outlook est assez facile car il est possible d'exporter tous les flux RSS enregistrés dans Outlook sous forme de fichier "OPML" qui est importable dans feedly. En quelques minutes, l'outil est donc complétement opérationnel dans mon cas.

Je procède de la même manière pour changer mes autres outils, je le fais au fur et à mesure, un outil à la fois en essayant différentes solutions. Ça prend du temps mais je suis surpris de constater une chose: "il y a des logiciels sur Mac !". Moi qui naïvement, en vieil utilisateur de PC, pensais que ce serait difficile, je n'ai aucun mal à trouver des outils équivalents à ceux à ce que j'utilisais : tout existe sur Mac.
Je ne vais pas détailler tous mes choix mais pour vous donner une idée, voici ce que donne ma barre d'outils sur Mac par rapport à celle que j'avais sur PC.

Avant: Windows 10 / Après: Mac OS

On remarquera qu'il n'y a presque aucun outil Apple : pour une raison simple, ils ne sont généralement pas portables et non je ne veux pas changer mon Android contre un iPhone :-) J'essaye aussi, chaque fois que c'est pertinent, d'utiliser plutôt des solutions Open Source.

Un bureau, plusieurs bureaux, aucun bureau

Mise à part la partie logiciel, j'arrive maintenant de mieux en mieux à "dompter" mon touchpad. Je le trouve même d'une redoutable efficacité lorsqu'il s'agit de changer de "bureau". En effet, comme c'est le cas depuis peu sous Windows 10, il est possible d'organiser sous MacOS ses fenêtres dans différents "bureaux virtuels" qui sont autant d'espaces de travail spécifiques. J'étais sceptique sur cette fonctionnalité que n'ai jamais utilisée dans d'autres environnements mais elle est très utile associée au touchpad et au défilement à trois doigts qui permet en un instant de zapper d'un bureau à un autre ou de réorganiser les fenêtres de son bureau.

En gros on peut laisser toutes les fenêtres ouvertes dans tous ses logiciels tout en restant productif !

Au fur et à mesure que j'utilise mon Mac je suis aussi surpris d'une chose : je n'ai plus de fil à la patte… Je m'explique : avant mon bureau ressemblait à ça :

Avant mon bureau c'était là…

Certes j'avais un PC portable mais je devais y ajouter pour travailler de manière confortable : un écran externe, un clavier, une souris, une encombrante "dock station" pour brancher tout ça et accéder au réseau, etc…
Aujourd'hui, j'ai un écran fantastique, un clavier très efficace et un touchpad plus efficace qu'une souris. Et l'absence de câble réseau, que je trouvais surprenante dans mon précédent billet, me parait un vrai avantage : le WiFi est largement suffisant.

Du coup je me rends compte que je n'ai plus besoin de bureau et que partout cela peut être mon bureau ! On parle beaucoup aujourd'hui de tiers lieux et d'aménagements de bureaux pour que chacun puisse s'installer où il veut : encore faut-il qu'on n'ait pas à traîner avec soi tous ces accessoires de branchement !

…maintenant mon bureau c'est partout !

Ravi de cette découverte, je m'achète un sac à doc, j'y glisse mon nouveau bureau et je pars pour de nouvelles explorations. Vous venez ?

Article publié le 26 septembre 2016 dans la catégorie Digitalisation

Partager cet article
Lionel Laské

Lionel Laské

Directeur Innovation
Responsable du Spot Bouygues

Vous souhaitez en savoir plus sur notre offre de transformation digitale et nos cas d'usage clients, contactez-nous