Salon Solutions RH 2016 : nous avons tout pour réussir

Partager cet article

Le salon Solutions RH 2016 qui s'est déroulé fin mars Porte de Versailles à Paris a révélé un univers RH qui évolue avec son temps grâce à de nouveaux acteurs innovants et forts crédibles.

Les RH sont mes clients depuis près de 10 ans. Je les ai conseillés dans leur choix de formations pour dirigeants, j'ai construit des parcours de formation sur mesure avec eux, nous co-construisons l'accompagnement des collaborateurs en phase de transformations digitales. Je mets donc un point d'honneur à m'immerger dans leur univers une fois par an à l'occasion du salon Solutions RH Porte de Versailles. Éditeurs de logiciel, organismes de formation connus ou start up en devenir, sociétés de elearning, serious gaming, mobile learning, pédagogie active, LMS, SIRH, boîtes de jeu, magicien... La panoplie du parfait service RH est chaque année à portée de main -enfin, de portefeuille devrais-je dire. Pourtant cette année, l'ambiance me paraît différente.

Du punch et de l'audace

Ce qui a attiré mon attention ce sont les stands. Plus grands, plus beaux, plus designs. Il est loin le temps des stands en carton-pâte. Cette année, l'ambition est à son paroxysme : on ose ! On ose les tongs sur le fil à linge, on ose accoster le chaland en lui proposant de faire des mimes, on ose le klaxonne à faire pâlir les vuvuzelas, la bulle d’air pur géante avec fauteuil relaxant, les brochettes de bonbons et j’en passe.

Salons Solutions RH 2016, Bulle d'air géante

De l'ambition dans les démarches

A première vue donc, un esprit de fête règne sur le salon. Qu’en est-il du fond ? Plusieurs manières de se faire un avis : les thèmes proposés en conférences et en ateliers, le déroulé effectif de ces mêmes conférences et ateliers et, last but not least, les exposants : présentations, book, démos d’applications, de nouveaux produits et services, goodies… Petit tour d’horizon d’un chaland comme les autres.

Du pragmatisme mais un manque de pédagogie et d’interactivité

Choisir mon parcours de conférences m'a mise dans l’embarras : des thèmes dans l’air du temps, des titres accrocheurs, du « digital » En voulez-vous ? En voilà !

Depuis les « 40 Killing Ask Questions pour évaluer la culture digitale de votre organisation », en passant par « Le coaching digital » et jusqu’à la question de savoir « Comment la vidéo vous accompagne dans la transformation numérique de la formation » … les exposants font preuve de pragmatisme -tout du moins dans leur discours.

A en croire les dizaines d’exposants qui proposent des solutions innovantes, interactives, user friendly, faisant appel aux émotions… nous pouvions nous attendre à des ateliers innovants sur la forme. De l’interactivité digitale avec le public venu nombreux, qui susciteraient des émotions à faire ancrer les messages dans nos « cerveaux » si fascinants à l’heure de la pédagogie cognitive. Je m’interroge.

Comment se fait-il que les conférences et ateliers soient toujours en mode « descendants » ? Des intervenants qui prêchent leurs convictions en table ronde d’experts venus convaincre que leur solution gagne à être connue, des ateliers à base de PowerPoint / questions-réponses / on se retrouve sur le stand. Quid de l’expérience client ? De la pédagogie active ? Du social learning ? Des émotions ? De l’interactivité ?

Pour autant, les outils ne manquent pas !

Plutôt que d’investir dans les conférences, d’aucuns ont préféré mettre le paquet sur leur propre stand, re-créant un univers qui leur est propre, oserais-je dire un mini salon au sein du salon #Canapé #Détendez-vous. Pour preuve le stand C32, celui de l'étoile montante qui fait du bruit, et dans tous les sens du terme (oui, ce sont eux qui font rougir les vuvuzelas). Avec leurs couleurs flashy, leurs panneaux effet bois et le dynamisme des équipes dopées aux Awards Vitamines (CES de Las Vegas, It’Night, Learninnov), Klaxoon attire les foules et c’est bien mérité. Gageons que l’an prochain, les ateliers du salon utiliserons tous Klaxoon pour beaucoup plus d’interactivité !

Les vidéos pédagogiques aussi se professionnalisent : de plus en plus ludiques et médiatisées, elles s’inspirent du Mooc et deviennent presque la norme. Une bonne vidéo doit inclure de « vrais gens » - fini les avatars impersonnels aux voix de robots, de l’interactivité – les modules me parlent uniquement de ce que je ne sais pas, et sont agréables à regarder grâce au motion design qui s’invite partout pour des explications claires et percutantes. Enfin, ne parlez plus de elearning, entrez dans l’air de la pédagogie sociale (on apprend de ses pairs où qu’ils soient), ne parlez plus de présentiel mais de session LIVE (pour Ludique, Interactive, Vivante, Evénementielle).

Enfin, issue du monde des nouvelles technologies et pleine de belles promesses pour la formation, la réalité augmentée et la réalité virtuelle font leur apparition chez LCI : vidéo 360 et cardboard permettent de s’immerger dans un autre monde et permettront bientôt de vivre une expérience à part. Quand l’IT et les ingénieurs pédagogiques travaillent ensemble, ils laissent présager un univers formation qui pourrait bien révolutionner nos univers d’apprentissage.

Si l’on résume donc : des exposants dynamiques et audacieux, de l’ambition à saisir toutes les opportunités des nouvelles technologies pour proposer une expérience unique de formation, des investisseurs qui ont foi en l’avenir… Quoi demander de plus ?
Des conférences LIVE -Ludique, Interactive, Vivante et Evénementielle feraient de 2017 un grand cru. A bon entendeur.

Article publié le 4 avril 2016 dans la catégorie Digitalisation

Partager cet article
Laetitia Talbourdet

Laetitia Talbourdet

Change Digital Manager

Vous souhaitez booster l'adoption de votre projet digital, contactez-nous